Après mon divorce j’ai eu envie de partir, de quitter Londres et de construire un ‘ ailleurs ‘où l’art et la vie seraient réunis. Pourquoi Marseille? Ma décision n’a pas été ‘murement réfléchie’ mais plutôt intuitive. Je ne suis pas du Sud à l’origine et pourtant j’avais écrit le mot ´Marseille’ sur une carte postale de Miro il y a 3 ans.. avec une flèche, une destination possible. Un peu plus tard, comme pour me convaincre j’ai peint le tableau Paris – Marseille, la voiture prends la direction de Marseille. Je m’y installe en Mars.

Je ne me met pas au travail immédiatement, me promène beaucoup dans la ville. Ici comme à Londres, ou j’étais quand même une étrangère, le sentiment d’appartenir ou de ne pas appartenir me soucie peu. Car a Marseille comme a Londres être d’ici ou la n’a aucune importance. Cela me séduit, je me sens bien dans cette grande métropole au soleil et les rencontres se font naturellement. En mai je propose d’aider Marseille Expos pour le PAC (Printemps de l’Art Contemporain) et élargie mes repères dans le monde de l’art a Marseille. En juillet j’ai la chance de trouver un espace de rêve aux Réformés, où je vais pouvoir installer mon atelier, vivre et aussi permettre à d’autres artistes d’exposer. Je l’achète et le nome EMPRISE.


Paris – Marseille


Retour aux bases: je reprends mon nom de jeune fille Lorraine Thomas.


Poussière de Mistral


Des Crabes à Toinou


Durant le PAC, au QG Cours Julien a la Brasserie


Lit Optimiste – Optimal


J’ai trouve ce couchage d’une extreme humilité et très bien pense; les six sacs contenant les affaires font un matelas confortable, isole le sans abri du sol et de la poussière. Protégeant ainsi ses sacs du vol, l’installation a peu d’emprise sur le pave très passant de la Canebiere. Pour moi c’est de l’art.


Mayu et Yumi (noms choisis en l’honneur a mon amie Japonaise Mayumi).
Yumi suit la flèche, il a gagne mon estime.

 

Installation, mixed media.
Un système central incontournable, incontrôlable car ça part dans tout les sens, mais cependant contrôlé car on ne peut y échapper. ( Plateformes de rencontres, réseaux sociaux )